Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2009 1 23 /02 /février /2009 19:25
 
 





Pourquoi vivre dans la crainte
Dans les soucis et les plaintes
Pourquoi toujours être angoissé
Toujours tourmenté
Ne sais-tu pas que dans le ciel
Quelqu’un connaît tous tes problèmes
A Lui on ne peut rien cacher
Non, rien n’est secret.

Refrain :


Tu pourras recevoir sa paix, compter ses bienfaits,
Il viendra pour tout éclairer ton obscurité,
Il te suffit d’abandonner ta vie, tes projets,
Dans les mains de ce Sauveur qui connaît ton cœur




Il a dit «ne vous troublez pas
Croyez en Dieu, croyez en Moi
Si je suis venu sur terre
C’est pour soulager
Je connais votre misère
Qui chaque jour vous enchaîne
Mais si vous Me laissez faire
Je peux vous aider»

Refrain.

Mes soucis ne pourront jamais
Rallonger ma vie d’une journée

Il vaut bien mieux se confier
En Celui qui sait
Il sait de quoi demain est fait
Il est capable de me garder
Pour que j’avance sans tomber
Vers l’éternité.



Jude 25

case postale 4021
La Chaux-de-Fonds 
France  , 2304

Téléphone : 41,0,32,926,24,71



 

 

Partager cet article

Repost 0
21 février 2009 6 21 /02 /février /2009 13:46






   

 

Notre Père, qui nous donnez aujourd'hui,
Notre pain quotidien
Tournez nos regards vers nos frères
Qui, dans le monde entier,
Sont privés de nourriture,
D'instruction et de soins...
Pardonnez-nous,
De ne vouloir manquer de rien
Alors que tant d'autres manquent de tout.

Purifiez notre coeur
De la hantise de l'argent.
Aidez-nous, Seigneur, à vivre sobrement...
A retrancher sur nos dépenses exagérées
Et nos besoins factices... et à nous priver,
Pour pouvoir partager...
Ainsi... nous serons...
Enfants de votre Église...
Et le dernier jour nous trouvera tous unis...
Dans ta joie...

Amen !




Partager cet article

Repost 0
19 février 2009 4 19 /02 /février /2009 19:26



 
  Je me lamente en vain
rien ne peut soulager ma douleur
comme on partage son pain
on ne peut partager son malheur

Malgré tout nous geignons
nous pleurons sur notre sort
rien ne changera, nous le savons
aussi sûrement que la mort

Je cherche juste un soutien, un appui
un ami pour compatir
pensant qu'ainsi mes ennuis
finiront enfin par partir

Si quelqu'un souffre avec moi
mon fardeau parait plus léger
ce n'est pas que j'aie de la joie
de voir autrui se lamenter

Nous vivons tous en troupeaux
pas faits pour la solitude
alors partager il le faut
c'est comme ça nos habitudes

On partage des moments de joie
pourquoi pas notre détresse
si je ne prends pas soin de moi
crois pas que d'autres s'y intéressent

Il me semble avoir dit une fois
pour le meilleur et pour le pire
le meilleur j'ai déjà donné, je crois
me lamenter devrait suffire
                                       
MMBC





Partager cet article

Repost 0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 18:57





 


            Pour elle.. pour lui ......plus tard....
           et afin de ne pas égarer l'article..je publie ..    

 


A la fois homme d'église, de lettres, d'histoire et d'histoires, Gérard Leser, le Munstérien de Colmar, prêche la tolérance et affirme sa foi inébranlable dans les richesses d'un dialecte alsacien qui ne doit pas disparaître.


 C'était ce 11 novembre salle de la Laub à Munster, dans le cadre de la superbe exposition consacrée au 90e anniversaire de la libération, à la Première Guerre mondiale dans la vallée, rencontre organisée par la Société d'histoire dont il est le président depuis 25 ans.


 Un visiteur s'en vient à la rencontre de Gérard Leser. « J'ai une lettre de mon grand-père, Jacques Iltis, lorsqu'il était prisonnier en 1915, à St-Rémy de Provence, en compagnie du Docteur Schweitzer. »


 Dans le mille, en plein dans le coeur de ce passionné de 57 ans, Munstérien authentique, domicilié à Colmar depuis 15 ans, « parce que c'est plus central, plus proche de Mulhouse, de Strasbourg, Bâle et Fribourg, à côté de la gare ». Il n'a jamais possédé de voiture, « parce que je serai un danger pour les autres et par souci d'écologie concrète. »


 Gérard le multicartes, si occupé, si demandé et si prêt à s'évader par la lecture, la promenade, les voyages. Leser qui aime « rencontrer les gens ». Les écouter, leur parler, les conforter dans le fait qu'ils « ont une chance fantastique de parler deux langues : le français et l'alsacien.»


 Par quoi faut-il commencer ?

Par le Leser étudiant en théologie protestante, pasteur de Bischheim ? Ou par le chanteur du groupe « d'luschtiga malker », qui faisait un malheur entre 1970 et 88, avec Eugène Maegey ? Par le co-créateur, avec Jean-Louis Hoffet, du prisé festival de contes du val de Munster ? Par le conteur ou le conférencier ? Par l'écrivain, auteur d'une trentaine de livres déjà, dont quatre recueils de poèmes en alsacien ? Par le bâtisseur du sentier des poètes et du champ de bataille du Reichackerkopf ? Par l'historien de toujours, marqué à vie par les horreurs de la guerre, devenu objecteur de conscience pendant deux ans au service des antiquités archéologiques d'Alsace ? Ou encore par le chargé de formation, l'animateur régional à la Fédération des universités populaires d'Alsace, l'« historien de la folklorité, la langue élément de culture » comme il aime le préciser ?


« Les Alsaciens souffrent de leur complexe allemand. Ils ont du mal à être ce qu'ils sont. »


 Gérard Leser veut « transmettre en expliquant », contribuer à sauver ce dialecte « d'une infinie richesse. »

Il cherche, recherche, consulte, s'informe au contact des anciens. Pour ne rien oublier. Et s'il déplore que « trop peu de jeunes s'intéressent à l'histoire », que le complexe de l'Alsacien qui « a du mal à être ce qu'il est, à assumer tout son héritage culturel », le freine dans la transmission d'une culture vivante, il parle d'un « optimisme tragique » quant à l'avenir du dialecte. « Le combat n'est pas perdu, mais beaucoup de parents ne transmettent plus, même si tous les moyens existent désormais pour enseigner. »


 Bataille culturelle, aux antipodes des épouvantables massacres de 14-18. « Avec mon grand-père, j'allais me promener au-dessus de Munster. Nous trouvions des vestiges, bunkers, barbelés, munitions. Et des corps. Huit soldats allemands et trois français rien que pour nous, cruellement anonymes. Une cinquantaine en tout dans le secteur, tués en 1915. Et il en reste autant. A partir d'une ceinture qui dépasse, on trouve des os, puis tout un squelette, une machette dans le dos. Une aventure inhumaine. »


 Qui engendre cette volonté inexpugnable de dénoncer les atrocités par l'exemple. De songer à un musée sur l'histoire, l'industrie, le passé et le présent de la vallée. De travailler sur le traité de Kientzheim en 1575, qui a vu l'abbaye reconnaître la majorité protestante et payer les pasteurs de Muhlbach et Munster. Humaniste dans le sang.

jpm

Édition DNA  du Lun 1 déc. 2008



Partager cet article

Repost 0
7 février 2009 6 07 /02 /février /2009 19:50









 


Refrain :

Il a donné ses deux mains pour toi
Attaché là-bas sur une croix



Alors qu’il était dans le jardin,
Ils sont venus pour l’arrêter,
On voulait les en empêcher,
Mais il a dit :  « Ne faites rien »,
Comme Judas venait de l’embrasser,
Tous les soldats l’ont entouré,
Ils l’ont saisi et emmené,
Ils prétendaient vouloir Le juger




Un feu brûlait tard dans la soirée,
Les mains de Pierre s’y réchauffaient,
Celles de Jésus étaient percées,
Comme un brigand ils l’ont cloué,
Les mains des soldats l’avaient cogné,
Celles de Pilate étaient lavées,
Tu vas peut-être les juger,

Mais toi, tes mains, qu’en aurais-tu fait ?



Jude 25

                                    Ecouter.....

Partager cet article

Repost 0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 13:26









A chaque fois quand nous faisons mal à un enfant de Dieu, Jésus souffre !

Il dit : ce que vous faites au plus petit de moi, vous le faites a moi !

 

Lorsque l’apôtre Paul sur le chemin de Damas rencontra le Seigneur ressuscité, il entendit sa voix : Saul, Saul pourquoi me persécute-tu ? Paul aurait pu dire je ne t’ai pas persécuté, seulement tes disciples !

Et pourtant dans la personne de ses disciples, Paul avait persécuté Jésus   !

Si nous faisons du mal a un chrétien, c’est toujours Jésus que nous atteignons !

Il est vivant aujourd’hui et c’est pourquoi il souffre aujourd’hui a cause de nous, nous qui faisons si souvent mal a nos frères ou sœurs !

Oui Jésus souffre à cause de nous !

 
A la croix de Golgotha était attaché Jésus dont le cœur se brisait de souffrance et d’amour pour nous !

Les hommes et les femmes passaient à côté de lui, insensible à sa douleur lui qui n’était qu’amour infini pour ses créatures !

Beaucoup d’entre nous font la même chose aujourd’hui

Jésus souffre surtout parmi les siens qu’il a rachetés et appelés et qui méprisent cette œuvre d’amour.

Aujourd’hui, Jésus cherche ardemment des hommes et femmes qui ne soient pas seulement ses disciples par le nom, mais qui puissent être ses vrais messagers et ouvriers.

 

Le premier commandement est : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de tout ton âme et de toutes tes forces ! (Deut.6.5).

Celui qui lui appartient, celui qui veut âtre le disciple de Jésus, doit prouver que le Seigneur est tout pour lui ! Son premier et son plus grand amour

Mais combien il nous est souvent difficile d’abandonner quelque chose par amour pour Jésus, lui qui a tout donné pour nous.

Jésus est là, il est vivant il nous demande de passer du temps avec lui, il nous désire, il nous demande de l’écouter, et de partager notre vie avec lui !

Souvent nous doutons que notre Seigneur a un tel désir d’entrer en relation avec nous !

Et pourtant il nous dit : je suis avec vous tous les jours …

Il nous appelle ses amis (Jean 15,15)

Il se présente aux siens comme le fiancé (Matth.9,15) qui avec amour cherche sa fiancée.

Il est digne d’être aimé plus que tout !

Aimons  notre Seigneur et notre Sauveur

Nous avons été créés et rachetés pour être sa joie, pour l’aimer de tout notre cœur

De tout notre être

Oui le Seigneur attend notre amour !

  Eliane

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Eliane - dans Eliane
commenter cet article
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 09:58













1. Celui qui met en Jésus
Une pleine confiance,
Jamais ne chancelle plus,
Complète est sa délivrance.

Par la foi nous marcherons,
Par la foi nous triomphons,
Par la foi mon Rédempteur
Me rendra plus que vainqueur !



2. Dans les jours d'adversité,
Quand tu sens gronder l'orage,
Regarde en sécurité
A Christ et reprends courage !


3. Quand Satan veut te troubler,
Enlever ton espérance,
Ton passé te reprocher,
Que Christ soit ton assurance !


4. Par la foi je marcherai,
En comptant sur ses promesses,
Par Lui je triompherai
En tout temps de mes détresses !



Texte de Mlle Amélie Humbert





Partager cet article

Repost 0
27 janvier 2009 2 27 /01 /janvier /2009 19:06




  

J'aime bien les anges. I

ls me rappellent qu'existe un monde appartenant à une réalité autre que celle qui nous est visible.


 Et je suis persuadée que je ne suis pas seule dans ce cas. Qui de nos contemporains en effet n'a jamais entendu parler d'anges ?
Qu'ils soient gardiens, messagers, ou médiateurs entre ciel et terre, avec ou sans ailes, ces êtres spirituels sont présents dans les trois religions monothéistes comme dans bon nombre de spiritualités actuelles.


 Mais cette petite phrase ne relèverait-elle pas d'une anthropologie voisine de celle des bandes dessinées ?

Celle de l'angelot face au diablotin. Et à évoquer cette part « angélique » de l'homme, ne ferait-on pas surgir automatiquement sa part d'ombre ? Certes, on a l'habitude de dire qu'en chaque être humain cohabitent l'ange et la bête. L'homme est capable du meilleur comme du pire, l'Histoire qui se répète nous le confirme.


Elever sa conscience


 Pourtant, si cette petite phrase en employant le langage de la poésie et de l'imaginaire permettait à celui à qui elle s'adresse d'élever sa conscience ? De l'élever à un niveau qui se situerait au delà des réalités terrestres vécues : celles des guerres, des injustices, des souffrances et des pauvretés.

 Oui, si cette petite phrase faisait appel au registre de l'espérance... en affirmant que chacun porte en lui la capacité de contribuer à changer le monde, à le rendre meilleur. Il n'y aurait alors qu'à éveiller cette capacité, à réveiller l'ange !

 O.K., mais comment s'y prendre ?

Il est indéniable que certaines paroles ou lectures, comme certaines images ou oeuvres d'art, ou tout simplement certaines rencontres ont le pouvoir de susciter notre part « angélique ».
Mais l'ange, celui du chrétien en tout cas, reste fatigable et toujours prêt à s'assoupir. Et heureusement pour nous, son réveil ne dépend pas uniquement de notre bon vouloir.
Nous n'en sommes pas maîtres et en aucun cas nous ne pouvons le programmer. Par contre il nous appartient de l'attendre, de le préparer comme de le reconnaître.


 Oui, si le réveil de l'ange, c'était le fruit d'une confiance en Celui qui peut par sa puissance qui agit en nous faire au-delà, infiniment au-delà de ce que nous pouvons imaginer

(Ephésiens 3, 20).

 

M. P.

Chronique / Regard chrétien
DNA du Dim 25 jan. 2009




Partager cet article

Repost 0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 09:04

 

 






Le Seigneur est Amour et tendresse
Il en est la pure Essence
Il est notre soutien dans la détresse
Il est notre seule espérance

Si j'ai peur Seigneur, je sais que tu es là
et qu'à mon appel tu viens vite à mon secours
mais tu aimes faire les choses sans éclats
et nous ne les voyons pas toujours

Pardonne mon manque de foi
Tu sais que l'appréhension me pourchasse
ce n'est pas que je ne crois pas en Toi
c'est que je doute de moi, quoi que je fasse

Je sais que tu fais tout concourir à notre bien
et que quand on a plus aucun espoir
c'est alors que tu interviens
il suffit de dire merci et d'y croire

Merci  Jésus !

Emmanuelle 




Partager cet article

Repost 0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 12:36






              



 


Grande-Bretagne / Société


Les athées contre-attaquent


 « Dieu n'existe probablement pas. Cessez de vous tourmenter, profitez de la vie » :


sur des flancs de bus, à Londres et ailleurs, s'affiche une campagne d'athées qui veulent répondre à un précédent message de chrétiens qui promettait l'enfer aux infidèles.



 « On n'imaginait pas que cela prendrait tant d'ampleur, qu'on amasserait autant d'argent » : le Britannique Jon Worth a fondé l'Atheist Bus Campaign (« Campagne athée sur les bus ») l'été dernier.

 Concepteur de sites internet, il avait saisi au vol une idée émise par Ariane Sherine, auteur de comédies. Dans une chronique parue dans la presse en juin, elle avait proposé de répondre par un message athée à une campagne publicitaire que venaient de lancer des chrétiens sur des bus de Londres. Les posters des bus renvoyaient à un site qui promettait aux non-croyants l'éternité dans les flammes de l'enfer.


D'autres campagnes en cours ou en
projet.


 L'Atheist Bus Campaign espérait alors lever 5 500 livres (6 200 euros). Elle a rassemblé au 18 janvier 140 000 livres (155 000 €), suffisamment pour placarder 800 bus au Royaume-Uni, dont 200 dans le centre de Londres, ainsi que 1 000 sites dans le métro. Le tout pendant un mois, jusqu'à début février.

 Environ 200 plaintes ont été déposées par des chrétiens auprès de l'ASA (autorités britanniques chargées de superviser la publicité).

 A Barcelone, des bus affichent en catalan (voir DNA du 20/01/2009) un message similaire à celui de Londres, et ce depuis le 12 janvier. D'autres villes espagnoles sont prévues.

 En Italie, des bus devaient traverser Gênes à partir du 4 février avec ce message : « La mauvaise nouvelle est que Dieu n'existe pas. La bonne est qu'on n'a pas besoin de lui ».
Mais la société d'affichage IGP Decaux a refusé la campagne. Le projet avait été perçu comme une provocation par l'archevêque de Gênes, Mgr Angelo Bagnasco, chef de la puissante conférence épiscopale italienne.

 En Australie, la plus importante agence de publicité extérieure, APN Outdoor, a refusé d'afficher les posters de l'Atheist Foundation of Australia.

 


DNA -  Jeu 22 jan. 2009


Partager cet article

Repost 0

Texte Libre